Bienvenue sur ASTROSKY...



1)Prologue
2)La naissance d'une passion...
3)Mais, tout d'abord, qu'est-ce que l'ASTRONOMIE ?
4)Notions de base de l'ASTRONOMIE
5)Ecrire au WebMaster.

Prologue


Et bien, voilà, je l'ai fait... Et oui, c'est bien mon premier site Web. Je me suis laissé prendre au jeu, et j'y ai mis un doigt, puis un bras, et enfin, j'y suis passé tout entier... J'ai été atteint par le virus qui frappe un grand nombre de personnes dans la communauté virtuelle d'Internet : l'envie de devenir acteur du Net, de passer de "l'autre côté", et de créer une PAGE PERSO... Je suis mordu d'informatique, mais aussi d'astronomie, c'est pourquoi, j'ai pu allier mes deux passions, en faisant avec mon ordinateur, un site sur l'astronomie.

Je suis désolé pour le coté un peu rébarbatif de tout le cours qui suit, mais, j'ai pas pu faire plus concis...
Vous n'êtes de toute façon pas obliger de le lire, néanmoins, cela vous aidera à comprendre le reste du site.

Retour en haut de la page...


La naissance d'une passion...


L'astronomie, cela m'a toujours passionné... Depuis ma plus tendre enfance, je regardais le ciel, au départ, avec l'aide de petites jumelles, puis, avec des plus grosses, ensuite, avec une petite lunette, puis, enfin, vint l'achat du télescope 114/910...
Et, je vous assure, que même avec une simple paire de jumelles, la voûte céleste vous réserve encore bien des surprises !

Retour en haut de la page...


Mais, tout d'abord, qu'est-ce que l'ASTRONOMIE ?


L'astronomie, c'est la science qui consiste a étudier les astres, leurs déplacements, leurs composition chimique, leurs âges, leurs histoire, etc, enfin, quasiment tout ce que l'on peut étudier sur un astre... Voici la définition donnée par larrousse :

n. f. (gr. astron, astre et nomos, loi). Science qui a pour objet l'étude de l'Univers : astres de toutes sortes : planètes, comètes, étoiles, météorites; matière intergalactique, et qui cherche à déterminer leur constitution, leurs positions relatives, les lois de leurs mouvements, leur formation, ainsi que les lois de leur évolution, aussi bien dans le passé que dans l'avenir.

Retour en haut de la page...


Notions de base de l'ASTRONOMIE


La rotation de la voûte céleste est appelée mouvement diurne. Un tour complet est bouclé en 24 heures sidérales (23h 56mn 4s exactement). Les astres décrivent donc une rotation de 360° en 24 heures. Ce qui fait 1/24 de 360° en 1 heure, soit 15°.
Imaginons maintenant une droite, ayant pour origine le pôle Sud de notre planète, passant par le centre de la Terre, et ressortant par le pôle Nord : c'est l'axe de rotation de la Terre.

A présent, prolongeons cette ligne, et laissons-la fuir à l'infini, vers les étoiles...elle finirait par atteindre une petite étoile moyennement lumineuse à qui les astronomes ont donné le nom d'Etoile Polaire. Sa position dans le ciel nous indique le pôle Nord céleste. Mais cette étoile encore appelée "Polaris", n'est pas exactement sur le pôle Nord céleste. La distance la séparant du pôle Nord céleste est de 46'. Les astronomes amateur n'ont pas besoin de se soucier de cela lors de leurs observations, cependant, il est important de préciser que cette élément doit être pris en compte lors de la pratique de l'astrophotographie.


Quelques termes importants

Dans leur course autour du pôle Nord, certaines étoiles décrivent un cercle fermé. Elles restent au-dessus de l'horizon sans jamais se coucher. Ce sont les étoiles circumpolaires, elles sont visibles toute l'année à n'importe quelle heure.



Les autres astres, les étoiles, les planètes, mais aussi le Soleil, la Lune, se lèvent à l'est, et culminent plus haut au-dessus de l'horizon. On dit qu'ils passent au méridien. Puis, ils se dirigent vers l'horizon ouest, et disparaissent. Néanmoins, les planètes, le Soleil, et la Lune se lèvent et se couchent à des points se décalants au cours de l'année.

En hiver, le Soleil se lève tard au sud-est, et se couche de bonne heure au sud-ouest. Chaque jour qui passe a compter du solstice d'hiver annonce le retour de la belle saison et voit les points de lever et de coucher de l'astre solaire se déplacer en se rapprochant du nord. Plus les jours avancent, et plus le Soleil monte haut dans le ciel. Les journées s'allongent, tandis que les nuits s'écourtent...

Enfin, après avoir atteint sa limite au solstice d'été, ce mouvement s'inverse; les journées diminuent, et les nuits s'allongent, le Soleil se lève et se couche un peu plus tard au sud chaque jour.
La lune obéit aux mêmes lois. Elle se déplace rapidement dans le ciel; sa position varie de plus de 10° d'un jour a l'autre et elle traverse ainsi les constellations zodiacales en un peu plus de 27 jours...


En plus d'effectuer un mouvement de rotation sur elle même, la Terre tourne autour du Soleil. ce mouvement est appelé révolution de la Terre. Une orbite est bouclée en 365,25 jours, à la vitesse de 30 kilomètres/seconde. Le calendrier est établi sur ces deux mouvements. La rotation de la Terre, pour réguler la durée du jour et de la nuit, et la révolution de la Terre, pour réguler les saisons, et les années...


Précession et écliptique

Pourtant, les choses ne sont pas si simple... En premier lieu, notre planète n'a pas la forme d'une sphère parfaite : elle est renflée à l'équateur. Cette zone équatoriale subit les forces d'attraction de la Lune et du Soleil. L'axe de rotation de la Terre décrit le même mouvement qu'une toupie en mouvement. Ce mouvement, que l'on dit de précession a pour conséquence le décalage des saisons dans le temps. La précession, due à l'action combinée de la Lune et du Soleil est appelée précession luni-solaire.

Les forces combinées du Soleil et de la Lune provoquent la rotation de l'axe terrestre autour d'une droite perpendiculaire à un plan nommé plan de l'écliptique. Il est défini par la trajectoire apparente du Soleil en une année sur la sphère céleste.
Le mouvement de précession s'effectue sur une période de 26 000 ans. Actuellement; l'angle d'inclinaison du plan équatorial terrestre est de 23° 27' par rapport au plan de l'écliptique. Cet angle est encore appelé obliquité de l'écliptique. Il varie lui aussi, car il subit les forces d'attraction de la Lune et du Soleil, Toutefois, sa période est beaucoup plus longue : environ 40 000 ans pour un angle variant de 21° 55' à 24° 18'.


Cordonnées équatoriales

Lorsque sur Terre, nous voulons préciser un point, une ville, par exemple, nous avons besoin de 2 renseignements :

-la lattitude, c'est à dire sa distance angulaire par rapport à l'équateur (qui varient entre -90° et 0° pour l'hémisphère Sud, et 0° et +90° pour l'hémisphère Nord).

-la longitude, qui cette fois est la distance angulaire entre le méridien d'origine (attribué a l'Observatoire de Greenwich en 1887) et le point en question. Cette distance est mesurée positivement vers l'ouest, et négativement vers l'est.
Pour repérer un point dans le ciel, les astronomes utilisent un système de cordonnées semblable à celui utilisé pour se repérer sur Terre.

Considérons la sphère céleste en rotation autour de l'axe terrestre. La projection dans l'espace de l'équateur terrestre perpendiculairement a l'axe du monde est appelée équateur céleste. Par conséquent la sphère céleste est partagée en deux hémisphères :
-du pôle Sud à l'équateur céleste, l'hémisphère austral.
-de l'équateur céleste au pôle Nord, l'hémisphère boréal.

La première mesure est la déclinaison. Les astronomes parlent de cordonnée delta, abrégée par la lettre grecque d. La déclinaison mesure la distance angulaire entre un objet et l'équateur céleste.
La déclinaison s'exprime en degrés (°), minutes (') et secondes (") d'arc. Celle d'un astre est négative est négative, si celui-ci est dans l'hémisphère austral, et positive, si il se trouve dans l'hémisphère boréal.

La seconde coordonnée qu'il faut connaître pour localiser un astre sur la sphère céleste, est l'ascension droite. L'ascension droite est la transposition de la longitude terrestre dans l'espace. Cette fois, les astronomes parlent de coordonnée alpha, symbolisée par la lettre grecque a.
L'ascension droite d'une étoile E, est située sur le cercle horaire de cette étoile (équivalent du méridien terrestre). Celui-ci est représenté par le grand cercle qui rejoint les pôles en passant perpendiculairement par l'équateur céleste.
Tout comme le méridien d'origine qu'est Greenwich, il existe un cercle horaire d'origine. Il est situé à l'une des intersections du plan de l'écliptique avec l'équateur céleste. Ce point s'appelle point vernal ou point y (gamma).

Le point vernal indique la position où se trouve le Soleil lors du premier jour du Printemps.

L'ascension droite est une mesure, qui, elle, s'exprime en heures (h), minutes (mn), et secondes (s); c'est ce que l'on appelle les heures sidérales.

Voilà, vous savez tout ce qu'il faut savoir pour vous repérez dans le ciel, mais sachez tout de même, que ces mesures ne sont pas constantes dans le temps, a cause des forces perturbatrices de la Lune et du Soleil. Le point vernal par exemple, se déplace chaque année sur l'équateur céleste. Donc, périodiquement, les astronomes doivent réviser leurs catalogues d'étoiles, prendre comme référence un nouveau système de coordonnées, qui lui même deviendra obsolète quelques années plus tard, et qu'il devront à nouveau réviser, puis corriger...quelle patience !!


Notions de magnitude

Nos ancêtres voyaient les étoiles petites ou grosses, non pas à cause de leur taille, mais à cause de leur luminosité. Les premières tentatives de classifications, apparurent avec Ptolémée (v. 90-v. 168 après J.-C.), astronome, mathématicien et géographe grec.

Ptolémée avait classé dans son catalogue 1 028 étoiles en six groupes, les plus brillantes étant de première grandeur, les moins brillantes, appartenant a la dernière grandeur.

Les astronomes ont inventé un système de mesure plus précis grâce à l'arrivée de nouveaux appareils photométriques (vers la fin du siècle dernier) et l'élaboration du premier grand catalogue stellaire.
La notion de magnitude, telle qu'elle est connue aujourd'hui, fut introduite par Norman Pogson.

Elle est définie par la formule :

m = -2,5 log E


où m est la magnitude, et E, l'éclairement en lux produit par l'étoile. Entre deux astres séparés par une unité de magnitude, le coefficient est de 2,512 fois. Ainsi, une étoile de première magnitude est 2,512 fois plus lumineuse qu'une étoile de seconde magnitude ,qui est elle même 2,512 fois plus lumineuse qu'une étoile de troisième magnitude, etc.

Instrument utilisé Magnitude limite Objets visibles
Etoiles Galaxies
Oeil nu 6 6 000 3
Jumelles Æ 50 mm 10 300 000 300
Lunette Æ 60 mm 11 600 000 1 000
Télescope Æ 115 mm 12,4 2 300 000 1 800
Télescope Æ 200 mm 13,6 5 700 000 4 000
Télescope Æ 400 mm 15,1 30 000 000 10 000

Le rapport entre une étoile de première magnitude et une autre de sixième magnitude (dernières étoiles visibles a l'oeil nu) est de :

2,512 puissance 5=100


Nous parlons ici de magnitude visuelle apparente. Plusieurs symboles peuvent être utilisés pour désigner la magnitude visuelle : "mv", aussi abrégé "m" ou "mag". Il s'agit en effet :

- d'une magnitude "visuelle" car c'est l'oeil qui réceptionne la lumière qui nous parvient des étoiles.

- d'une magnitude "apparente" car c'est la magnitude de l'éclat proprement dit, qui est prise ne compte, et non pas la "vraie" magnitude.

Certains catalogues d'étoiles fourniront aussi la magnitude photographique des objets : "mp"parfois "mphg". Cette notion est définie par un système standardisé connu sous le non de système UBV (proche de l'ultraviolet, bleu et visuel).

Quelques magnitudes visuelles apparentes
Objets Magnitude Remarque(s)
Soleil -27
Lune -12 Plein Lune
Vénus -4,1 Lors de l'élongation maximale
Jupiter -2,4 En opposition
Sirius -1,6 L'étoile la plus brillante
Arcturus 0
Polaris +2,1 Etoile Polaire
1° carré de ciel nocturne +3,5 Valeur moyenne, au zénith et sans Lune
M 31 +4,8 Galaxie d'Andromède
Pluton +14,7 En opposition


Le système de magnitudes UBV est utilisé par les astronomes pour mesurer l'éclat et définir les magnitudes pour une longueur d'onde précise, et, par extension, définir l'indice de couleur de l'astre étudié. Ces indices de couleur sont très importants pour notre compréhension de la population stellaire. C'est en partie, grâce à ceci, que les astrophysiciens sont capables de dire combien d'énergie émet un corps à un stade bien précis de son évolution.

La magnitude absolue : M nous renseigne sur l'éclat apparent qu'aurait les astres si nous les ramenions tous à la même distance de la Terre. Cette distance est fixée a 10 parsecs.

Le parsec est une unité de mesure. 1 parsec = 3,26 années lumières; soit 206 265 unités astronomiques.

Néanmoins, le système UBV est très peu employé par les amateurs, je ne développerait donc pas plus cette partie.


Notions de dimensions apparentes

Au cours de ce chapitre sur les notions de base de l'ASTRONOMIE, nous avons appris deux choses importantes.

La première est la position occupée par un astre sur la voûte céleste. Cette position se situe a la croisée de deux cordonnées précises : la déclinaison, et l'ascension droite (d et a)

La deuxième est que la luminosité d'un objet se mesure depuis notre planète sur une échelle de magnitudes. On peut mesurer , selon ses besoins, cette magnitude en magnitude visuelle apparente, UBV, ou absolue.

Mais, en plus de la position qu'occupe l'astre dans le ciel, l'astronome amateur a besoin de connaître les dimensions apparentes de l'objet qu'il souhaite observer.

Ces dimensions sont exprimées en degrés (°), minutes ('), et secondes (") d'arc. Celles-ci dépendent non seulement de la distance de cet objet, mais aussi de ses dimensions propres.

Dimensions apparentes de quelques objets
Galaxie d'Andromède 2,5° x 0,7°
Nébuleuse d'Orion 1,1° x 1°
Lune 0,5°
Soleil 0,5°
Jupiter 30" à 50"
Saturne 15" à 20"
Vénus 6" à 60"
Uranus 4"

La notion de dimensions apparentes est très importante pour l'amateur, car c'est elle qui devra être comparée au pouvoir séparateur de l'instrument utilisé pour l'observation. En effet, si nous supposons que notre instrument d'observation nous permet de séparer deux étoiles distantes d'une valeur maximale de 2" d'arc, un objet de diamètre apparent de 1" d'arc ne sera, bien entendu, jamais résolu, même dans les meilleurs conditions.

Pouvoir séparateur de plusieurs instruments


Retour en haut de la page...


Voilà, maintenant que vous en savez un peu plus sur l'ASTRONOMIE, vous pouvez continuer d'explorer le site ! Bonne balade à travers les secrets de l'Univers !

Si vous voulez m'écrire, pour m'envoyer des critiques, positives ou négatives, pour m'envoyer des photos prise grâce à vos instruments, ou bien pour me demander des renseignements, j'attends vos messages :
Cliquez ici, et envoyez un mail...